• Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Ayant eu lieu il y a 100 millions d’années, il s’agit seulement du troisième cas connu de ce phénomène.

    Appelé endosymbiose primaire, le phénomène se produit lorsqu’un organisme en engloutit un autre pour faire de celui-ci un organite, à l’instar des mitochondries et des chloroplastes. Il s’agit du troisième cas recensé d’endosymbiose. Il pourrait ouvrir la voie à une production plus durable d’azote pour l’agriculture.

     

    Au cours des 4 milliards d’années de vie sur Terre, seulement deux cas d’endosymbiose primaire étaient connus jusqu’ici. La première s’est produite il y a 2,2 milliards d’années, lorsqu’une archée a absorbé une bactérie pour l’intégrer dans son arsenal métabolique en la convertissant en mitochondrie. Cette étape constitue une phase majeure dans l’évolution de tous les organismes sur Terre, leur permettant notamment d’évoluer vers des formes plus complexes.

     

    mitochondries 

     

    La seconde endosymbiose primaire connue s’est produite il y a 1,6 milliard d’années, lorsque des organismes unicellulaires ont absorbé des cyanobactéries capables de convertir la lumière en énergie (photosynthèse). Ces bactéries sont devenues les chloroplastes que les plantes chlorophylliennes utilisent encore à ce jour pour convertir la lumière du Soleil en énergie. 

     

     

    La découverte de l’équipe du Berkeley Lab bouleverse cette notion avec le premier organite capable de fixer de l’azote et intégré dans une cellule eucaryote (une algue marine). « Il est très rare que des organites résultent de ce genre de choses [endosymbiose primaire] », explique Tyler Coale de l’Université de Californie à Santa Cruz, dans un communiqué du Berkeley Lab. « La première fois que cela s’est produit à notre connaissance, cela a donné naissance à toute vie complexe. Tout ce qui est plus compliqué qu’une cellule bactérienne doit son existence à cet événement », a-t-il déclaré, en faisant référence aux origines des mitochondries. Le nouvel organite, décrit dans deux études publiées dans les revues Cell Press et Science, est baptisé «nitroplaste».

     

    La découverte de l’organite a nécessité plusieurs décennies de travail. En 1998, les chercheurs ont identifié une courte séquence d’ADN qui semblait provenir d’une cyanobactérie fixatrice d’azote (UCYN-A) abondante dans le Pacifique. D’un autre côté, une autre équipe de l’Université de Kochi (au Japon) a identifié une algue marine (Braarudosphaera bigelowii) qui semblait être l’hôte symbiotique de la bactérie. En effet, l’ADN de cette dernière a été découvert en importante quantité dans les cellules de l’algue.

    Alors que les chercheurs considéraient l’UCYN-A comme un simple endosymbiote de l’algue, les deux nouvelles études suggèrent qu’elle a co-évolué avec son hôte de sorte à devenir un organite à part entière. En effet, après plus de 300 expéditions, l’équipe japonaise est parvenue à isoler et cultiver l’algue en laboratoire. Cela a permis de montrer que le rapport de taille entre les UCYN-A et leurs algues hôtes est similaire d’une espèce à l’autre.

    La découverte de l’organite a nécessité plusieurs décennies de travail. En 1998, les chercheurs ont identifié une courte séquence d’ADN qui semblait provenir d’une cyanobactérie fixatrice d’azote (UCYN-A) abondante dans le Pacifique. D’un autre côté, une autre équipe de l’Université de Kochi (au Japon) a identifié une algue marine (Braarudosphaera bigelowii) qui semblait être l’hôte symbiotique de la bactérie. En effet, l’ADN de cette dernière a été découvert en importante quantité dans les cellules de l’algue.

    Alors que les chercheurs considéraient l’UCYN-A comme un simple endosymbiote de l’algue, les deux nouvelles études suggèrent qu’elle a co-évolué avec son hôte de sorte à devenir un organite à part entière. En effet, après plus de 300 expéditions, l’équipe japonaise est parvenue à isoler et cultiver l’algue en laboratoire. Cela a permis de montrer que le rapport de taille entre les UCYN-A et leurs algues hôtes est similaire d’une espèce à l’autre.  Les experts ont également montré que la bactérie UCYN-A repose sur sa cellule hôte pour sa réplication protéique et sa multiplication. Pour ce faire, ils ont utilisé une technique d’imagerie à rayons X et une tomographie permettant d’observer les processus cellulaires en temps réel. « Nous avons montré grâce à l’imagerie à rayons X que le processus de réplication et de division de l’hôte algal et de l’endosymbiote est synchronisé », indique Carolyn Larabell, du Berkeley Lab.

    nitroplaste fusion algue

     

     

     

     

    Illustrations montrant les algues à différents stades de division cellulaire. UCYN-A, l’entité fixatrice d’azote désormais considérée comme un organite, est visible en cyan ; le noyau des algues est représenté en bleu, les mitochondries en vert et les chloroplastes en violet. © Valentina Loconte/Berkeley Lab 

    Une quantification des protéines des deux organismes a aussi été réalisée. Il a été constaté qu’environ la moitié des protéines de l’UCYN-A est synthétisée par sa cellule hôte, qui les marque avec une séquence protéinique spécifique. Ce marquage permet ensuite à la cellule de les envoyer au nitroplaste, qui les importe et les utilise pour son propre métabolisme. « C’est l’une des caractéristiques de quelque chose qui passe d’un  

    ’un endosymbionte à un organite », explique Zehr. « Ils commencent à éjecter des morceaux d’ADN, et leurs génomes deviennent de plus en plus petits, et ils commencent à dépendre de la cellule mère pour que ces produits génétiques soient transportés dans la cellule ».

    Un potentiel pour une production d’azote plus durable

     

    Les chercheurs estiment que les nitroplastes ont évolué il y a environ 100 millions d’années. Comme l’UCYN-A est présente dans presque tous les océans du monde, elle est probablement impliquée dans le cycle de l’azote atmosphérique. Cette découverte pourrait avoir d’importantes implications pour l’agriculture, le procédé industriel utilisé actuellement pour convertir l’azote atmosphérique en ammoniac (procédé Haber-Bosch) étant très énergivore. Ce dernier permet notamment d’assurer 50 % de la production. 

    Toutefois, de nombreuses questions restent sans réponse concernant le nitroplaste et son hôte algal. En prochaine étape, les chercheurs prévoient ainsi de déterminer s’il est présent dans d’autres cellules ainsi que les effets que cela pourrait avoir. Cela pourrait permettre d’intégrer directement la fixation de l’azote dans les plantes de sorte à améliorer les récoltes.

     

    Sources : Cell PressScience

     

     
    https://trustmyscience.com/decouverte-nouvelle-forme-vie-nee-fusion-bacterie-algue/?
     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • 123-vr-tattoo-hals-107-17.jpg

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Incidence du gluten sur le diabète de type 1

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • SUR LA PISTE DES GLUCIDES

    Le conseil diététique de l'Association du Diabète vous propose son application de comptage des glucides !

    POUR QUI ?
    Outil indispensable pour les personnes diabétiques de type 1 puisque l'adaptation des bolus d'insuline du repas dépend exactement de la quantité de glucides dans l'assiette. Elle peut également être utile pour les personnes diabétiques de type 2 qui ont envie d'évaluer leurs ingestats glucidiques, en sachant néanmoins que la quantité de matières grasses et les calories sont au moins aussi importantes que la quantité de glucides.

    COMMENT L’OBTENIR ?
    L’application « Sur la piste des glucides » est disponible sur l’App Store ou sur Google Play ! Gratuit pour les membres de l’ADD ! Contactez-nous par email à info@diabete.be pour obtenir votre code promo en précisant si vous disposez d’un Iphone ou d’un Android. (5,99 € pour les non-membres).

    Rendez-vous sur : 

    Apple Store, si vous disposez d'un Iphone

    Play Store, si vous êtes sur Androïd

     

    https://www.diabete.be/actualites-et-agenda-6/actualite-196/notre-appli-pour-compter-les-glucides-681#gsc.tab=0

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • «Manger, bouger».

    Les fonctionnaires en Ouganda vont devoir se plier à ce slogan répandu. Inquiet du taux de diabète particulièrement élevé dans sa population, le gouvernement du pays d’Afrique de l’Est a invité tous les ministères, administrations et services publics à instaurer des séances hebdomadaires de sport pour leurs personnels. L’objectif, «atténuer le fardeau croissant des maladies liées au mode de vie», explique l’exécutif dans son communiqué publié le 26 mars, repris Courrier international.

     

    Car l’Ouganda est l'un des 48 pays classés «préoccupants» par la Fédération internationale du diabète. Plus de 4% de la population ougandaise est touchée, avec une moyenne d’âge exceptionnellement basse de 35 ans. Ce phénomène coûte cher à l’État. Fin 2023, le Centre de recherche sur les politiques économiques, un think tank local, chiffrait à 435,8 milliards de shillings (104 millions d’euros) la part de l’État dans la prise en charge des patients atteints de diabète, et recommandait en urgence des initiatives de prévention.

    La directrice générale de la fonction publique au sein du gouvernement, Lucy Nakyobe Mbonye, a ainsi demandé, dans une lettre adressée à toutes les agences gouvernementales, d’aménager 2 heures par semaine à l’activité physique dans l’emploi du temps des employés. Les destinataires du courrier, daté du 13 mars, sont exhortés à «accorder à cette question l'attention qu'elle mérite, car elle contribuera à sauver la vie de vos personnels et à réduire la morbidité des maladies».

    Cette initiative n’est pas la première en la matière. Déjà en 2018, le gouvernement avait instauré une journée nationale consacrée à l'activité physique, suite à une étude menée par le ministère de la Santé, qui révélait qu’un Ougandais sur quatre faisait de l’hypertension.

    https://www.lefigaro.fr/international/face-au-diabete-l-ouganda-institue-des-seances-de-sport-pour-ses-fonctionnaires-20240330

     

     

     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Az santé vous aide à prendre soin de vous et votre famille grâce à des conseils, des actualités et des informations sur la nutrition, la beauté, la sexualité, le bien-être et tout ce qu'il faut savoir autour de la santé.

    l est important de noter que le nettoyage et la déflation du côlon ne sont généralement pas recommandés sans avis médical. Si vous avez des préoccupations de santé, il est essentiel de consulter un professionnel de la santé pour des conseils adaptés à votre situation.

    La meilleure approche pour soutenir la santé du côlon est généralement une alimentation équilibrée riche en fibres, en fruits, en légumes et en eau. 

    Les aliments tels que les graines de lin, les pruneaux, le yaourt probiotique et le gingembre peuvent également être bénéfiques. Cependant, il est essentiel de parler à un professionnel de la santé avant d'entreprendre tout régime ou méthode de nettoyage du côlon pour s'assurer qu'il est sûr et adapté à vos besoins individuels.

    En plus d'une alimentation équilibrée, l'exercice régulier peut contribuer au bon fonctionnement du système digestif. La consommation adéquate d'eau est également cruciale pour maintenir l'hydratation et soutenir la digestion. Certaines personnes utilisent des herbes comme la menthe poivrée ou le fenouil pour aider à apaiser le système digestif. 

    Les méthodes naturelles pour favoriser la santé du côlon incluent également la réduction de la consommation d'aliments transformés, d'alcool et de tabac.

    Le maintien d'un poids santé et la gestion du stress peuvent également avoir un impact positif sur le système digestif. 

    Certaines personnes utilisent des remèdes naturels pour favoriser la santé digestive. Ces incluent:

     

    1. **Infusions à base de plantes :** Des tisanes à la camomille, à la menthe poivrée ou au gingembre peuvent apaiser le système digestif.

    2. **Fibres alimentaires :** Des aliments riches en fibres comme les grains entiers, les fruits et les légumes favorisent le mouvement des selles.

    2. **Fibres alimentaires :** Des aliments riches en fibres comme les grains entiers, les fruits et les légumes favorisent le mouvement des selles.

     

    3. **Probiotiques :** Les aliments fermentés tels que le yaourt, le kéfir ou la choucroute peuvent aider à maintenir un équilibre sain de la flore intestinale.

     

    4. **Huile de ricin :** Certains l'utilisent occasionnellement pour favoriser le mouvement intestinal, mais cela doit être fait avec prudence et sous supervision médicale.

     

    5. **Eau citronnée :** Boire de l'eau tiède avec du jus de citron le matin est parfois considéré comme stimulant pour le système digestif.

     

    Rappelez-vous toujours que ces remèdes doivent être utilisés avec précaution et idéalement après consultation avec un professionnel de la santé.

     

    Commentaires

     

     

    https://azsante.blogspot.com/2024/01/optimisez-votre-bien-etre-intestinal.html?

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  • SUR LA PISTE DES GLUCIDES

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Pour une personne diabétique, il est important de pouvoir gérer sa glycémie et d'être conscient de l’impact des repas pris pendant la journée sur celle-ci. Tous les aliments qui contiennent des glucides provoquent une augmentation de la glycémie, mais pas tous de la même manière. L’index glycémique est un bon outil pour comparer ces aliments entre eux.

    Dominique Antoine, diététicienne et Présidente du conseil diététique de l’Association du Diabète, nous présente cette notion complexe en images.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • INGRÉDIENTS POUR 6 RAMEQUINS

    (ramequins individuels en pyrex)

    225g d'asperges blanches surgelées (on peut aussi travailler des asperges fraîches)

    1 botte d'asperges vertes

    4 œufs

    100ml de crème allégée à 5% de lipides

    400g de poivrons rouges (300g en net)

    Sel, poivre, vinaigre balsamique    

    TECHNIQUE DE PRÉPARATION

    • Cuire les asperges blanches à l'eau bouillante salée +/- 10 minutes (si asperges fraîches, les peler soigneusement). Cuire les asperges vertes débarrassées des bouts durs à l'eau bouillante salée pendant 5 à 6 minutes
    • Après cuisson, conserver quelques têtes d'asperges blanches et vertes pour la décoration
    • Le reste des asperges est découpé en morceaux et mixés finement
    • Battre les œufs entiers au batteur électrique avec la crème, le poivre et le sel
    • Verser le mélange dans une casserole avec la purée d'asperges. Mélanger sur feu doux
    • Le mélange tiède est versé dans les ramequins en pyrex
    • Cuire à demi-puissance au micro-ondes pendant 5 à 6 minutes
    • Préparer le coulis de poivrons rouges : placer les poivrons au grill pour bien les colorer afin d'ôter aisément la peau. Découper les poivrons et les mixer. Assaisonner de poivre et de vinaigre balsamique
    • Dresser sur assiette en disposant d'abord le coulis puis les flans démoulés et garnir avec les pointes d'asperges

    Remarque : on peut préparer la recette à l'avance ; pour cela les flans sont conservés au frigo et au moment de servir, on passe 1 minute au micro-ondse et on réchauffe les pointes d'asperges et le coulis.  La préparation se consomme tiède.

    VALEURS NUTRITIONNELLES

    (pour 1 portion ou 1/6 de la préparation)

    • Energie 100kcal ou 420kJ
    • Protéines 10.5g
    • Glucides 8g
    • Lipides 4g
    • Fibres 3g
    • Cholestérol 275mg

    https://www.diabete.be/espace-membre-5/les-recettes-du-conseil-dietetique-94/les-entrees-95/flan-dasperges-et-poivrons-rouges-108#gsc.tab=0 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires